BLANZEY:

 

 

La chapelle de BLANZEY.

 

 

Elle est là, debout comme un veilleur,

Sentinelle fidèle, tournée vers l'orient

En attente du jour, du lever du soleil

De l'éternel Soleil qui apparaîtra là-bas

Au ras des collines, blancheur imperceptible.

En attente, jamais assoupie, coeur battant

Comme les Vierges sages de l'Evangile.

Mais à l'intérieur, elle est tout recueillement

Intensité, plénitude, paix. Tellement simple

Vaste malgré ses dimensions modestes.

La crypte et son silence

Et la présence intérieure qu'elle impose

Pour peu que l'on consente à s'arrêter un instant

A faire taire les soucis, ou la simple curiosité esthétique.

La crypte dont l'arc est une perfection dans la simplicité,

L'arc dont les chapiteaux élémentaires ont une telle justesse

Qu'ils participent à la perfection

A l'endroit précis où leur absence toucherait à l'indigence.

Fait-il grand soleil ? Pleut-il ? Gèle-t-il ? Est-ce la nuit ?

Dans la crypte c'est toujours le même temps

Temps immobile, respiration de la terre, de la création.

On ouvre les yeux, l'arc est là, fidèle, puissant,

Indestructible.

Porte de la coupole plus sombre au volume de plénitude,

Apaisant, protecteur. Promesse de paradis.

Une fois de plus se retrouver en ce lieu

Et se sentir à nouveau surpris.

Les deux piliers, l'arc, la voûte,

Espace sacré. Concentré sur cela seul qui compte

La contemplation du Mystère.

Après plus de huit siècles, cette église touche encore notre cœur

Car les bâtisseurs ont construit un lieu de paix,

De prière, d'adoration.

Volumes et formes exprimant leur cœur

Et parlant au nôtre.

Ils ne construisaient pas un Monument Historique.

B. Dominger

 

Aller vers : Avant l'histoire.